LOADING

Sébastien Preneta - Photographe // Paris

Faire de la photo en tant qu’amateur, c’est avant tout faire de la photo par passion. Afin que cela reste un loisir à part entière, voici les conditions particulières que j’applique à mes séances. Je sais que ça fait un peu CGV, il s’agit d’une liste pèle-mêle, qui sera mise à jour selon les remarques qui me viendront au fur et à mesure des séances.

Rémunération

Il n’est jamais question de rémunération entre moi et les modèles. Je ne possède pas le statut, je ne me fais donc jamais rémunérer. De même, à ce titre, je ne rémunère jamais mes modèles. Le principe de pose contre photos est pour moi la seule manière de garantir un échange agréable et simple, privilégiant l’ambiance et le bon moment, laissant de côté toute obligation de résultat des deux côtés.
La seule chose que je demande est d’être cité en tant qu’auteur (lien sur mon site) lorsque les photos sont utilisées ici ou là. Il n’y a aucune restriction quant à l’utilisation de ces images. De mon côté, les images sont utilisées soit sur ce site explicitement, soit pour la promotion de mon travail, notamment sur ma page facebook (https://www.facebook.com/sebastien.preneta.photographe).

Photos

Le but de la séance est d’arriver à une sélection de quelques images, sélectionnées dans un premier temps par mes soins et discutées avec le modèle, qui seront retouchées et livrées en format haute résolution par un lien en téléchargement. Je ne fournis pas l’intégralité des clichés pris pendant la séance, ayant eu de mauvaises surprises avec l’utilisation de photos non retravaillées et retouchées. Et croyez-moi, retrouver ses « brouillons » sur le net n’est pas quelque-chose de très agréable.
Pour ce qui est de la retouche, il s’agit de « développement numérique » des photos, avec ajustements des lumières, teintes et chromie, ainsi que de retouches cosmétiques (nos petites imperfections de peau n’ont pas forcément vocation à être immortalisées). En revanche, je ne joue pas les magiciens de la chirurgie numérique, d’abord parce que j’en suis incapable photoshopesquement parlant, puis parce que j’y trouve un intérêt assez limité personnellement. Inutile d’imaginer donc perdre trois tailles ou gagner deux bonnets sur les photos.

Une rencontre avant la séance

J’essaie de rencontrer les modèles avant la séance, le temps d’un café, histoire d’apprendre à se connaître, discuter de nos envies respectives, et voir si le courant « passe ». Cela se passe dans un lieu public (café ou autre) mais peut également avoir lieu chez moi. Il n’est pas toujours évident de se retrouver à poser devant un inconnu, cette entrevue a donc pour but de briser la glace. Briser la glace peut également se traduire par quelques prises de vues, histoire de s’apprivoiser mutuellement.

Lieu de la séance

Certains modèles préfèrent évoluer dans un environnement connu et familier, d’autres ne sont pas très enchantées à l’idée de recevoir un photographe dans leur intimité et préfèrent effectuer la séance à mon domicile (Paris 13ème). En fonction des thèmes, il peut être plus intéressant de shooter chez le modèle, afin de varier les environnements, mais j’accueille volontiers les modèles chez moi pour les thèmes plus studio ou lorsque le modèle le souhaite. L’important est de se sentir à l’aise et détendue. En revanche, il est à noter que les séances chez moi se font principalement sur fond uni, histoire d’éviter d’avoir la même ambiance et les mêmes meubles sur toutes mes photos. Les séances peuvent également avoir lieu à l’extérieur, Paris étant une mine d’endroits photogéniques, ou même dans un endroit autre (bar, resto, salon de coiffure, etc.), si l’ambiance ou le thème de la séance le suggèrent.

Mes disponibilités

Je ne suis pas professionnel de la photo, et n’ayant pas encore réussi à devenir rentier, veuf d’une riche héritière, heureux gagnant du loto ou alchimiste renommé (rayer la mention inutile), mes disponibilités se résument en dehors des heures ouvrées comme on dit, à savoir le soir et le week-end.

Accompagnement lors de la séance

Il arrive que les modèles souhaitent être accompagnées lors des séances, pour des questions de sécurité personnelle. Je ne suis pas fan de la présence d’une tierce personne pendant la séance, surtout s’il s’agit du petit ami, le regard d’une troisième personne perturbe en effet souvent le modèle, et j’avoue moi-même être assez gêné également (oui, je sais, je suis une petite chose fragile). Il est assez difficile de trouver le lâcher prise pour un modèle, c’est d’autant plus compliqué s’il on est surveillé par le copain du coin de l’oeil. Par ailleurs, je refuse également les accompagnants extérieurs lorsque la séance se déroule chez moi pour des raisons de sécurité personnelle.

Le nu, la lingerie, et les photos de fesse

Une séance consiste avant tout à passer un bon moment, faire de la lingerie ou du nu n’a rien d’obligatoire, tout dépend du thème prévu. On fait ce qu’on a envie, ce que l’on désire, je propose, les modèles disposent. Et lorsque le modèle dit non, je n’insiste pas. C’est pourquoi j’aime fixer les limites avant. Par ailleurs, il est également possible de faire des photos qui ne seront pas diffusées, à partir du moment où cela est décidé avant, pour éviter de faire des séances qui débouchent uniquement sur des photos non publiées.

Petit aparté sur les sous-vêtements : en photographie, on n’est pas très fan de la bretelle de soutien-gorge qui dépasse, de la dentelle qui se voit par superposition sur le haut, de la marque de la culotte sous la jupe ou le pantalon. Je n’ai rien contre les sous-vêtements, bien au contraire, mais en photo, soit je les préfère totalement intégrés à la photo, par jeu de couleur, de transparence, voire suggérés quand le thème s’y prête, soit invisibles. Je laisse le soin au modèle de chercher les moyens adéquats, chaque morphologie impose ses petits trucs et astuces, mais autant que faire se peut, le but est d’éviter une présence non désirée du sous-vêtement dans l’image (promis, vous ne voulez pas voir vous non plus la double fesse). Aussi il peut arriver que je suggère que le modèle enlève le bout de tissu en trop. C’est une suggestion, jamais une obligation, et je préfère un modèle à l’aise avec une bretelle apparente qu’un modèle terrorisé d’être poitrine nue sous son pull.

Vous voilà au fait de mes tocs de photographe, bien entendu, tout se discute et tout s’échange, mais cela constitue une base qui m’a toujours garanti des séances joviales et enjouées jusqu’à présent !